Avec l’offensive en Syrie, la démocratie turque connaît un nouveau recul

L’intervention militaire turque en cours contre l’enclave kurde d’Afrin a fourni au président Erdogan l’occasion de resserrer plus l’étau de la censure dans son pays, au nom de la défense de la patrie menacée. Le maître de la Turquie met en place l’environnement qui assurera son succès aux prochaines élections.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.-  « Je ne veux pas parler de politique, juste de ce qui m’est arrivé. » Sibel Hürtas est méfiante. Elle soupèse avec prudence chacun de ses mots, entrecoupe ses phrases de longs silences. La jeune femme sait que le moindre écart de langage peut l’envoyer en prison. Le 22 janvier, deux jours après le lancement de l’offensive militaire turque contre l’enclave kurde syrienne d’Afrin, la journaliste a, comme à son habitude, republié sur son compte Twitter les messages de sa chaîne, Arti TV, un média d’opposition en exil pour lequel elle assure des correspondances depuis Ankara.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal