Algérie: après le FFS, le RCD boycotte la présidentielle

Par

Dans cette palinodie macabre qui se prépare en Algérie, avec l'élection du mort-vivant Abdelaziz Bouteflika lors de la présidentielle d'avril prochain, le parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) ne présentera pas de candidat et ne participera pas à l'élection.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Réuni vendredi 1er février à Alger, le Conseil national du RCD a rejeté toute participation à cette présidentielle, rejoignant le FFS (Front des forces socialistes, fondé en 1963 par Hocine Aït Ahmed) et le collectif Mouwatana, qui ont décidé de boycotter cette échéance électorale.

Dans la résolution de son Conseil national, le RCD a expliqué que ‘« la disqualification populaire du rendez-vous du 18 avril ne fait que consacrer les multiples violations de la Constitution, la fermeture sans précédent des espaces politiques et médiatiques et la répression permanente des libertés ». Le Conseil national du RCD ‘« rejette cette énième opération de désignation d'un chef de l'État ». Dans ses résolutions, le parti a chargé le secrétariat national de ‘« finaliser un appel en vue d'un rassemblement le plus large afin de mobiliser les citoyens et les forces vives du pays autour de l'impératif d'un nouveau départ. Un départ, qui restitue la parole au peuple dans un État où la liberté, la sécurité, l'égalité en droits et l'égalité des chances ne relèvent plus d'un mythe ».

À lire sur le site du Quotidien d'Oran

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale