En Syrie, c'est aussi l'humour qu'on assassine

Par
Ibrahim Kachouch, un des manifestants de Hama qui avait chanté une chanson hilarante se moquant de Bachar El Assad, de sa prononciation, de ses discours, de son frère et du parti Baas, a été retrouvé mort égorgé mardi. Une chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed