L’Argentine sous le choc mais toujours divisée après la tentative d’assassinat de Cristina Kirchner

Par dizaines de milliers, les Argentins ont manifesté, vendredi 2 septembre, pour protester contre la tentative d’assassinat de la vice-présidente Cristina Kirchner. Mais la polarisation autour de l’ancienne cheffe de l’État, actuellement en procès, continue de fracturer le pays.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le fait « le plus grave survenu depuis que [le] pays a retrouvé la démocratie en 1983 ». C’est ainsi que le président argentin, Alberto Fernandez, a qualifié l’attentat contre Cristina Kirchner, ancienne cheffe de l’État, qui ne doit la vie qu’à un problème technique sur l’arme de l’agresseur.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal