En Tunisie, le sel reste le privilège des anciens colons français

Par

En Tunisie, la Cotusal, une société qui fournit le sel nécessaire au sel de table en France, notamment sous la marque La Baleine, n’arrive pas à se détacher de son histoire coloniale. Depuis la Révolution, la question de l’exploitation des ressources naturelles par une puissance étrangère fait polémique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), de notre correspondante.- C’est une histoire qui commence en 1903 sous le protectorat français et qui n’est toujours pas finie. La Cotusal est une société à 65 % française et 35 % tunisienne dont le statut n’a jamais été renégocié depuis sa mise en place sous la colonisation française. Filiale du groupe Les Salins du Midi, spécialisé dans la culture du sel marin, la société a la même convention avec l’État français depuis 1949, soit sous l’ère coloniale.