«Rafale Papers»: une affaire d’Etats enterrée

L’Agence française anticorruption (AFA) a découvert qu’en marge du contrat à 7,8 milliards des Rafale vendus en 2016 par la France à l’Inde, Dassault a engagé 1 million d’euros en faveur d’un intermédiaire poursuivi pour blanchiment. Mais l’AFA a enterré le dossier. Premier volet de l’enquête de Mediapart.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ce fut un grand jour pour l’industrie militaire française. Ce 23 septembre 2016, à New Delhi, le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian signe avec son homologue indien, et sous les yeux du patron de Dassault Aviation, Éric Trappier, l’un des plus gros contrats d’armement jamais conclu par l’État français : la vente de trente-six chasseurs Rafale à l’État indien pour 7,8 milliards d’euros, l’équivalent du PIB d’un pays comme le Bénin.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal