Il y a cent ans, l’élan brisé des communistes européens

Par et Matthieu Boisdron

Qui se souvient de la République des conseils de Bavière ou de l’aventure sanglante du Hongrois Béla Kun ? Après la Première Guerre mondiale, les traités internationaux de 1919-1920 ont établi un nouvel équilibre européen destiné à contrer la menace révolutionnaire. Premier épisode de notre série sur la fin des Empires et le nouveau désordre des nations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Première Guerre mondiale ne s’est pas achevée le 11 novembre 1918. L’armistice a mis fin aux combats, mais les soubresauts du conflit ont continué d’agiter toute l’Europe, depuis la Russie en pleine révolution jusqu’à l’Empire ottoman en déréliction. Pour les alliés, vainqueurs de la guerre, « construire la paix » supposait aussi faire face au plus dangereux des défis : la menace bolchévique qui risquait d’embraser toute l’Europe.