Venezuela: «Il manque de tout» dans les hôpitaux

Par

L’affrontement entre le gouvernement et l’opposition se poursuit malgré l’ouverture d’un dialogue. Les Vénézuéliens font face à un quotidien bouleversé par la crise économique qui affecte jusqu’à leur santé. Manque de médicaments, hôpitaux à l’abandon : des familles se battent pour la survie de leurs proches et trois quarts des hôpitaux publics n’ont pas les médicaments de base.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Caracas (Venezuela), de notre envoyé spécial. Donnant, donnant. Au Venezuela, l'heure est aux tractations. Le 2 novembre, l'assemblée nationale, où l'opposition est largement majoritaire depuis décembre 2015, a suspendu le procès du président socialiste Nicolas Maduro pour manquements aux devoirs de sa charge. La marche à haut risque vers le palais présidentiel Miraflores, jeudi, était aussi annulée (voir notre article «Le Venezuela sort de la scène démocratique»). En retour, cinq « prisonniers politiques » – un terme que réfutent les socialistes – ont été libérés, soulignant au passage la proximité entre le gouvernement et la justice.