Au Brésil, les ambiguïtés du juge anticorruption Sergio Moro avec l’extrême droite

Par

Le magistrat à l’origine de l’opération « Lava Jato » et de l’incarcération de l’ex-président Lula cultive une admiration secrète pour le président élu, Jair Bolsonaro, qui voudrait le nommer à la justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A la tête de l’opération « Lava Jato » (lavage express) qui, depuis 2014, a dénoué un tentaculaire système de pots-de-vin impliquant le monde des affaires et de la politique, Sergio Moro pourrait, demain, occuper les plus hautes fonctions du pouvoir. Lundi 29 octobre, au lendemain de son élection à la présidence de la République, Jair Bolsonaro a confié qu’il offrirait au juge de première instance un poste à la Cour suprême ou la place de ministre de la justice.