En Algérie, derrière la contestation, la menace d’une crise énergétique

Par

En Algérie, le président Bouteflika a déposé lundi sa candidature pour un quatrième mandat. Le régime peut-il vraiment se satisfaire d'un tel immobilisme, alors qu’à moyen terme se pose la question de l’avenir de la rente pétrolière? C'est sur elle que s’appuie le pouvoir algérien pour contenir la contestation sociale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ça y est, il a parlé ! En quelques mots à peines audibles – « Je suis venu déposer officiellement ma candidature, conformément à l’article 74 de la Constitution et à l’article 32 à la loi électorale » –, Abdelaziz Bouteflika a confirmé au président du Conseil constitutionnel sa candidature au scrutin du 17 avril.