Iran: la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah en danger de mort

Par

L’anthropologue est très affaiblie par sa grève de la faim. Et son compagnon, le chercheur Roland Marchal, est aussi en très mauvaise santé au moment où l’épidémie de coronavirus « balaie » les prisons iraniennes. Leur procès à huis clos vient d’être reporté à Téhéran.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un procès dont on ne sait rien qui s’est ouvert mardi à Téhéran et qui a été aussitôt reporté à une date… inconnue. La seule certitude, c’est que les deux prévenus, l’anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah et le spécialiste de l’Afrique subsaharienne Roland Marchal, détenus depuis le 5 juin dans la capitale iranienne, sont l’un et l’autre très affaiblis, malades et dans une situation de grave détresse physique et psychologique au point que leurs amis craignent pour leur vie.