Des collectifs africains dénoncent le pillage du groupe Bolloré

À l'occasion de l'assemblée générale de Bolloré, des collectifs du Cameroun, de Côte d’Ivoire, du Liberia et de Sierra Leone ont dénoncé les conditions de vie et de travail dans ses plantations africaines. Ils réclament l'accès des riverains à leur « espace vital » et demandent au groupe de respecter ses engagements en matière de développement économique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il est venu chercher lui-même la lettre, mais son contenu ne devrait pas lui révéler une réalité qu’il ne connaît pas. Ce mercredi 5 juin, avant le début de l’assemblée générale de son groupe, Vincent Bolloré s’est vu remettre en main propre un message d’alerte signé par plusieurs collectifs africains, rassemblant les riverains des plantations détenues par Bolloré dans quatre pays : le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Liberia et le Sierra Leone. En parallèle, des actions symboliques ont été menées autour des plantations dans les trois premiers pays. Le groupe a indiqué à Mediapart qu'une réunion de travail s'était tenue dans l'après-midi avec les représentants des collectifs, et qu'un « plan d'action » avait été élaboré.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal