Massacres au Sahel: le silence complice de la France

Par

Après le sommet de Pau de janvier, au cours duquel il a été décidé d’accentuer la pression sur les groupes djihadistes, les armées sahéliennes ont commis une série de tueries. Les organisations des droits de l’homme dénoncent, Paris se tait.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tanwalbougou est une petite ville située dans l’est du Burkina Faso, sur l’axe routier qui, depuis Fada N’Gourma, la capitale régionale, mène à la frontière avec le Niger, dans une zone où se sont implantés des combattants djihadistes ces deux dernières années. Rares étaient les Burkinabè qui en avaient entendu parler jusqu’à ce que des images de corps inanimés et littéralement momifiés, capturées devant la morgue de Fada N’Gourma le 12 mai, circulent sur les réseaux sociaux.