Pourquoi le choléra n’est toujours pas éradiqué

Le retour de la maladie en Algérie rappelle que même les pays dotés d’infrastructures solides ne sont pas à l’abri de cas dits « importés ». Le choléra tue surtout dans les pays pauvres comme Haïti, ou en guerre comme le Yémen. Si plusieurs avancées scientifiques ravivent l’espoir, la bataille est aussi politique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Consternation et panique. Le retour du choléra en Algérie, où aucune épidémie n’avait été constatée depuis 1986, a provoqué une ruée vers les hôpitaux, le boycott de certains produits maraîchers, mais également de la consternation et une certaine défiance vis-à-vis des consignes transmises par les autorités – qui semblent avoir tardé à alerter du début de l’épidémie. Depuis le début de la flambée, en août, 74 cas ont été déclarés et deux patients sont décédés.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Enquête

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

dossier

par La rédaction de Mediapart

Politique — Reportage

par Pauline Graulle
Voir la Une du Journal