Christine Lagarde à Bruxelles: de bonnes intentions, mais un débat manqué

Par

Devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen, Christine Lagarde a joué la bonne volonté consensuelle et la continuité. Mais plusieurs points essentiels du débat ont été oubliés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), de notre envoyé spécial.- Devant les députés européens réunis dans la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement à Bruxelles, Christine Lagarde a parfaitement joué son rôle pour obtenir son brevet de « future présidente de la BCE qui va tout changer ».