Dans les favelas brésiliennes, la politique est prisonnière du narcotrafic et des milices

Par

Dans les bidonvilles où vit 40% de la population de Rio, une poignée de trafiquants font la loi. Officiellement pour leur faire face, des milices tout aussi corrompues se sont constituées. Du coup, pour assurer la campagne et les élections municipales du 5 octobre, l'armée a aussi investi, un temps, les ruelles. Photo © Wilson Dias/ABr

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le blindé fait une marche arrière, avant de foncer pour faire tomber les barbelés qui lui bloquent le chemin. Les barrières résistent: les soldats découvrent que les fondations de l'obstacle sont en béton. «C'est fou ce que les narcotrafiquants arrivent à faire, cela fait au moins trente obstacles qu'on est obligés d'enlever comme ça», soupire le colonel André Novaes.