Au Kosovo, le pouvoir affronte le «vent du changement»

Par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin Et Simon Rico

À l’occasion des élections législatives anticipées du 6 octobre au Kosovo, les électeurs pourraient sanctionner deux décennies de violence, de corruption et de népotisme, et balayer le Parti démocratique du Kosovo d’Hashim Thaçi, au pouvoir depuis 1999.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si le changement devenait enfin possible au Kosovo ? Le mécontentement qui enfle parmi les citoyens du pays pourrait bousculer le système de pouvoir établi par Hashim Thaçi depuis la fin de la guerre, il y a tout juste 20 ans. Devenu président de la République en 2016, ce dernier ne s’est pas directement engagé dans la campagne, mais les législatives anticipées de dimanche risquent fort de prendre l’allure d’un plébiscite pour ou contre sa personne.