Jérusalem, de notre correspondante.-  Certains le disent indéboulonnable. Réélu à la tête d’Israël pour la quatrième fois en mars 2015, Benjamin Netanyahou a jusqu'à maintenant réussi à faire mentir la chronique, maintes fois annoncée, de l’explosion de sa coalition gouvernementale avec ses alliés ultradroitiers. Il entretient des relations compliquées avec son « meilleur ennemi », le ministre de l’éducation Naftali Bennett, chef du parti pro-colonies HaBayit HaYehudi.