En Iran, «les réformateurs sont en situation d’échec»

Par

Avec Un printemps à Téhéran, le journaliste Armin Arefi publie un livre-reportage qui se penche sur les multiples bourgeonnements de la société iranienne, malheureusement contrecarrés par un régime qui maintient sa poigne de fer sur le pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Désormais journaliste au Point, Armin Arefi était correspondant en Iran pour la presse francophone de 2005 à 2007, sous la présidence du très conservateur et provocateur Mahmoud Ahmadinejad. Jusqu’à ce qu’il s’en fasse expulser, obligé de faire ses bagages en quelques jours. Depuis, il n’a cessé de retourner dans ce pays où il a des attaches familiales (il a grandi en France mais possède la double nationalité franco-iranienne), mais aussi beaucoup d’amis. Ce n’est qu’en 2016 qu’il est de nouveau autorisé à revenir à Téhéran en toute sécurité – il ne faut pas oublier que le régime emprisonne régulièrement des journalistes étrangers, qui servent ensuite de moyen de pression vis-à-vis des gouvernements étrangers.