C’est à un jeu ambigu que se livre le pape François. Tour à tour progressiste et conservateur. Visage d’une Église ouverte et tolérante le jour, artisan d’une réhabilitation de la frange intégriste catholique la nuit. Un double discours particulièrement flagrant dans le dossier de la fraternité Saint-Pie-X.