Israël contre le reste du monde

Par

Benjamin Nétanyahou a non seulement mené une guerre meurtrière à Gaza, mais il l'a fait en se coupant de ses alliés. Face à ce jusqu’au-boutisme et à la pusillanimité des gouvernants occidentaux, ce sont les opinions publiques qui vont désormais reprendre le flambeau en tentant d’isoler Israël afin de lui faire entendre raison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’opération « Bordure de protection » sera-t-elle la guerre de trop pour Israël ? Faute de boule de cristal, on ne peut évidemment pas s’en assurer, mais on peut néanmoins penser que ces quatre semaines de violence et de destructions asymétriques (1 867 morts palestiniens, aux deux tiers des civils, dont 429 enfants, contre 67 morts israéliens dont 3 civils) vont laisser des traces dans l’opinion publique internationale et chez les gouvernants qui, malgré tout, les écoutent. On arguera bien sûr que les conflits précédents n’ont rien fait bouger ou si peu : depuis vingt ans, les gouvernements israéliens successifs persistent dans l’intransigeance, l’Autorité palestinienne s’enfonce dans l’inefficacité, l’extrémisme islamique gagne en vigueur.