Steve Jobs, ingénieur en émotions

Par

Steve Jobs, le manager charismatique d'Apple, a introduit la dimension émotionnelle dans la technologie grand public.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Repose en paix Steve Jobs. Tu as touché une technologie laide et tu l'as rendue belle.» Cette épitaphe sur Twitter, due à un utilisateur du nom de Matt Galligan, résume l'originalité profonde du patron d'Apple. Avant Steve Jobs, le monde des ordinateurs était mécanique, froid, fermé, totalement opaque au non-professionnel. L'idée que la machine puisse susciter le désir, l'émotion ou l'envie de jouer semblait aussi vraisemblable que l'image d'un bulldozer en train d'interpréter la Sonate au clair de lune. La société se divisait en deux classes sans communication entre elles : d'un côté, les informaticiens, caste possédant son langage, ses us et coutumes et son humour particulier, aussi partageable que jadis les blagues de sacristie; de l'autre, les masses incultes, laborieuses et désarmées face à la technologie puissante et «laide».