La rue, seule solution pour l’opposition togolaise

Par

Après plusieurs manifestations d’une ampleur inédite, l’opposition togolaise s'est de nouveau mobilisée, mercredi 4 et jeudi 5 octobre, dans les rues de Lomé et de plusieurs villes du pays. Elle demande le départ du président Faure Gnassingbé. Les pays partenaires du Togo, dont la France, restent discrets.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après avoir mobilisé à plusieurs reprises, en août et septembre, des foules gigantesques, l’opposition togolaise poursuit son mouvement de contestation du pouvoir du président Faure Gnassingbé, réélu pour un troisième mandat de cinq ans en 2015. Les deux partis leaders, l’Alliance nationale pour le changement (ANC), dirigée par Jean-Pierre Fabre, et le Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam ont organisé avec leurs alliés de nouveaux rassemblements, ces 4 et 5 octobre, à Lomé et à l’intérieur du pays.