Le gouvernement américain secourt les géants du crédit immobilier, Freddie Mac et Fannie Mae

Pour éviter une crise "systémique", le gouvernement américain a dû se résoudre à voler au secours des deux géants du crédit immobilier, Freddie Mac et Fannie Mae. Il se dit prêt à y investir 100 milliards de dollars pour assurer la stabilité du marché hypothécaire. «C'était la seule solution pour éviter une crise plus grave», s'est défendu le secrétaire du trésor américain, Henry Paulson, pour justifier cette mesure sans précédent.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ce que les marchés redoutaient s'est réalisé. Au terme d'un long week-end de négociations, le gouvernement américain a décidé de prendre le contrôle de Freddie Mac et Fannie Mae, les deux géants du crédit immobilier américain. «C'est le meilleur moyen de protéger nos marchés et les contribuables du risque systémique posé par la situation financière actuelle», a déclaré le secrétaire américain au Trésor, Henry Paulson, au cours d'une conférence de presse, pour justifier cette décision hors norme. Beaucoup plus lourde dans ses attendus que le sauvetage de la banque Bear Stearns par JPMorgan et la Réserve fédérale en mars.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal