Le Conseil de l’Europe invite l’Espagne à respecter le droit d’asile à Ceuta et Melilla

Par

Expulsions massives, centres de rétention surpeuplés… Devenue la première porte d’entrée pour les migrants en Europe, l’Espagne fait face aux critiques du Conseil de l’Europe sur sa gestion des frontières à Ceuta et Melilla, deux enclaves espagnoles situées au nord du Maroc.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec la fermeture des ports italiens imposée par le ministre de l’intérieur Matteo Salvini, les flux de migrants se sont orientés vers l'Espagne. Depuis le début de l'année, le pays a ainsi enregistré plus de 33 000 arrivées. Et en juin dernier, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez avait en quelque sorte sauvé l’honneur de l’Europe en accueillant dans le port de Valence l’Aquarius et les 629 migrants à son bord.