Littérature du réel: exercices d’abstraction dans une geôle turque

Par Jean-Paul Champseix (En Attendant Nadeau)

Sous ce titre désespéré, Je ne reverrai plus le monde, Ahmet Altan, journaliste et écrivain turc emprisonné depuis septembre 2016, tient la chronique d’une résistance mentale et intellectuelle qui lui permet de ne pas sombrer dans l’abattement et la peur, en parvenant à « s’accrocher aux branches de son propre esprit ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ahmet Altan, écrivain et journaliste turc âgé de 68 ans, se retrouve en prison sous une inculpation qu’il est bien difficile de lever. Il est accusé, au travers de ses critiques du régime Erdogan lors d’une émission de télévision, d’avoir fait passer un « message subliminal » incitant au coup d’État, la veille de l’événement, le 16 juillet 2016. Un juge, à qui il demande des éclaircissements, lui répond : « Disons que nos procureurs aiment employer des termes qu’ils ne comprennent pas » ! Il est en outre simultanément accusé d’être un « putschiste religieux », ainsi qu’un « terroriste marxiste ». Le juge lui dit sans ambages : « Si seulement vous aviez continué à écrire des romans au lieu de vous mêler de politique… »