Birmanie: la désillusion des minorités à l’heure du vote

Par Guillaume Pajot

Les Birmans se rendent dimanche aux urnes dans un pays très divisé. Malgré des promesses d’union nationale, le fossé s’est creusé entre le favori aux législatives, le parti d’Aung San Suu Kyi, au pouvoir depuis 2015, et les minorités ethniques. Les Rohingyas sont exclus du scrutin. Malgré ce bilan, la « Dame de Rangoon » reste populaire, seule alternative aux militaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que, dimanche 8 novembre, 37 millions de Birmans sont appelés à voter à l’occasion des élections législatives, nombre d’entre eux gardent en mémoire la vague rouge qui a porté au pouvoir la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d’Aung San Suu Kyi, en 2015.