Une journaliste s'est glissée dans la peau d'une djihadiste

Par

Pour mieux comprendre tous les ressorts du « djihadisme numérique », une pigiste âgée d'une trentaine d'années, a décidé l'année dernière de se glisser dans la peau d'une djihadiste. Elle publie son récit dans un livre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour mieux comprendre tous les ressorts du « djihadisme numérique », Anna Erelle, une pigiste âgée d'une trentaine d'années, a décidé l'année dernière de se glisser dans la peau d'une djihadiste. Pendant un mois, derrière l'écran de son ordinateur, la journaliste s'est fait passer pour Mélanie, une jeune fille de 20 ans, naïve, un peu paumée et désireuse de partir faire son djihad. Ses recherches l'ont amenée à rencontrer un combattant haut placé dans la hiérarchie de Daech. Elle raconte son histoire dans un livre intitulé Dans la peau d'une djih@diste, qu'elle publie sous pseudonyme, la journaliste étant actuellement menacée par des membres de l’Etat islamique.