Dans le centre du Mali, les milices massacrent en toute impunité

Par

Un nouveau massacre a endeuillé le centre du Mali le 1er janvier. Dans cette région, cela fait trois ans que des groupes d’autodéfense s’en prennent à des civils et sèment le chaos. Longtemps, le pouvoir de Bamako, incarné par Ibrahim Boubacar Keïta, a fermé les yeux. Il est même accusé de les avoir encouragés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Koulogon, un village peul situé dans le centre du Mali, la nouvelle année a commencé de la pire des manières. Le 1er janvier, 37 habitants ont été tués, et des dizaines d’autres blessés, ainsi que des maisons incendiées, par des hommes armés habillés en tenues de chasseurs traditionnels que l’on appelle ici « dozos » (ou « donzos »).