Arabie saoudite: la problématique visite de MBS en France

Par

Officiellement, l’Élysée ne veut parler que de « partenariat technologique » lors de la visite du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane en France du 8 au 10 avril. Officieusement, l’exécutif est sous pression pour ses ventes d’armes au Royaume, qui alimentent le conflit au Yémen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Élysée n’aurait pu être plus clair : « Ce ne sera pas le sens de la visite. On ne va pas s’arrêter à de tels développements particuliers. » La question qui était posée à ce haut conseiller du « château » n’était pourtant pas anodine : il s’agissait de savoir si Emmanuel Macron allait profiter de la visite officielle du prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane (dit MBS) du 8 au 10 avril en France, pour mettre des conditions aux ventes d’armes françaises à destination du Royaume, alors que celui-ci est engagé depuis trois ans dans une guerre meurtrière pour les civils au Yémen.