«Rafale Papers»: les documents qui font trembler l’Inde et la France

Par

Après que Dassault et Thales ont versé des millions de commissions occultes à un intermédiaire poursuivi pour blanchiment, les industriels ont obtenu que les clauses anticorruption soient retirées des annexes à l’accord sur les Rafale signé en septembre 2016 par Jean-Yves Le Drian.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New Delhi, 26 mars 2019. L’Enforcement Directorate, la puissante agence indienne de lutte contre le blanchiment d’argent, arrête un influent intermédiaire en armements : Sushen Gupta. Placé en détention provisoire, il est libéré sous caution deux mois plus tard et mis en examen pour « blanchiment » dans un scandale de corruption qui empoisonne l’Inde depuis 2013 : le « Choppergate », un contrat à 550 millions d’euros portant sur l’achat d’hélicoptères au groupe italo-britannique AgustaWestland.