L’échec de Syriza illustre le défaut «d’organisation» de la gauche radicale

Par

La victoire de Syriza a ressuscité les espoirs des partisans d’une troisième voie entre les partis communistes épuisés et la social-démocratie ralliée à la gestion néolibérale. Mais Tsipras et ses alliés ont été absorbés par l’appareil d’État.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voilà le seul parti de gauche radicale qui dirigeait un pays de l’Union européenne renvoyé dans l’opposition. Les dirigeants européens avaient déjà obtenu la «capitulation» idéologique de Syriza à l’été 2015, en poussant ses dirigeants à appliquer l’austérité qu’ils étaient censés conjurer. La « capitulation » électorale de la formation grecque est désormais acquise elle aussi, en dépit d’un recul contenu en parts des suffrages.