Syriza: après le désenchantement, la chute

Par

Le parti de Tsipras a perdu les législatives dimanche en Grèce. Devancé de plus de huit points par la droite de Nouvelle Démocratie, il voit celle-ci arriver au pouvoir avec une majorité absolue des sièges au Parlement. Une première depuis le début de la crise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rarement un parti grec au pouvoir aura essuyé si cuisante défaite. Après quatre ans et demi à la tête du gouvernement, Syriza a perdu dimanche 7 juillet les élections législatives qu’il avait lui-même convoquées de manière anticipée. En récoltant 31,5 % des voix, il ne décroche que 86 sièges à la Vouli, le Parlement grec et perd plus de 460 000 voix par rapport au scrutin de janvier 2015. Devant lui, triomphante, la droite de Nouvelle Démocratie recueille près de 40 % des suffrages et comptera 158 députés dans la nouvelle assemblée. Soit la majorité absolue.