Europe

En Belgique aussi, des citoyens dénoncent sans relâche les violences policières

Adil, Ilyes, Imed, Mawda, Lamine sont morts lors d’interventions des forces de l’ordre. Des associations dénoncent depuis des années le caractère « structurel et raciste » des violences policières. Avec des succès mitigés.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Bruxelles (Belgique).– « La situation n’a rien à voir avec la France. » Pour Alexander De Croo, premier ministre belge, les quelques « échauffourées » qui ont eu lieu au centre de Bruxelles, juste après la mort de Nahel, ont été parfaitement gérées par les autorités. Les incidents qui ont émaillé la capitale belge le premier week-end de juillet, en écho aux révoltes françaises, ont pourtant déclenché une réaction des autorités locales qui n’a pas manqué de faire polémique.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA