Les lanceurs d'alerte ne sont pas encore assez protégés

Par

Les salariés qui dénoncent les fraudes ou les faits de corruption dont ils sont les témoins ne sont pas suffisamment pris en compte par la loi, dans aucun pays membre du G20. Un rapport australien trace le chemin qui reste à parcourir, même en France, où cinq lois ont pourtant été votées en sept ans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans les pays du G20, les lanceurs d’alerte sont seuls ou presque. À peine caricaturée, cette conclusion est issue du premier rapport indépendant, élaboré par des ONG et des universitaires, et publié ce lundi en Australie. « Les lois de défense des lanceurs d’alerte de la plupart des pays du G20 ne protègent pas adéquatement les salariés du public et du privé qui dénoncent la corruption, la fraude et les abus dont ils sont témoins », constate le rapport, rédigé par l’association australienne Blueprint for free speech, la branche locale de Transparency international, ainsi que des professeurs des universités Griffith (à Brisbane) et de Melbourne.