Chine et Russie s’opposent aux Etats-Unis sur les sanctions

Par

Les Nations unies continuent à chercher comment enrayer la course au nucléaire du régime nord-coréen. Le projet de résolution déposé mercredi 6 septembre par les États-Unis au conseil de sécurité se heurte à l’opposition de Pékin et Moscou. Il prévoit un embargo complet sur le pétrole et le gaz.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quelques jours après le « succès parfait », selon le régime nord-coréen, d'un sixième essai nucléaire, dimanche 3 septembre, la communauté internationale continue à chercher la parade. Le conseil de sécurité des Nations unies est saisi depuis mercredi d'un projet de résolution déposé par les États-Unis qui est très loin de faire l'unanimité. Les cinq membres permanents du conseil (États-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France) sont à des degrés divers d'accord pour accroître la pression sur le régime de Kim Jung-un. Mais un accord apparaît impossible sur le texte voulu par les États-Unis et soutenu par la France et le Royaume-Uni.