Les pro-Trump jurent que «le combat ne fait que commencer»

Par Alexis Buisson

Les supporteurs du candidat défait jugent que la Maison Blanche leur est volée. A Philadelphie, ils dénoncent « les morts qui sont allés voter », invoquent des « preuves qui viennent de partout » et misent sur la Cour suprême. « Nous allons prier jusqu’à l’investiture du 20 janvier. »

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pennsylvanie (États-Unis).– Le croisement des rues North 12th Street et Arch Street à Philadelphie, aux abords du palais des congrès où les bulletins de la ville sont dépouillés, symbolise les divisions qui règnent aux États-Unis. D’un côté de la barrière qui traverse ce carrefour : un groupe important de partisans de Joe Biden et Kamala Harris qui a pris l’habitude de se rassembler depuis quelques jours pour demander que toutes les voix soient comptées, malgré les pressions du président américain. De l’autre : un contingent plus resserré de soutiens de Donald Trump qui fait de même, munis de drapeaux et de pancartes Trump-Pence 2020. Séparés par un cordon de policiers, les deux groupes s’insultent, se hurlent dessus et cherchent à faire plus de bruit que l’autre bord. Toute l’histoire de la vie politique américaine de ces quatre dernières années.