La Chine et la COP21 (3). Après des années d'apathie, le pouvoir se réveille

Par

Pékin est ces jours-ci paralysée par une alerte rouge à la pollution. Face à l'aggravation de la crise environnementale, le gouvernement chinois multiplie les engagements, notamment en matière de pollution de l'eau et de l'air. Mais les lois nationales sont en général peu ou pas appliquées au niveau local.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pékin, de notre correspondant. - En mars 2014, lors de la réunion annuelle des deux assemblées, le premier ministre Li Keqiang a annoncé que la Chine s'apprêtait à « déclarer la guerre contre la pollution » pour souligner la détermination du gouvernement à régler la crise environnementale. Cette déclaration constitue une reconnaissance de cette crise et des risques qu'elle comporte pour le pouvoir au plus haut niveau de l'État.