Aux Pays-Bas, à la poursuite des blanchisseurs de Pastore et Di Maria

Par Michaël Hajdenberg, Yann Philippin et Michel Henry

L’«Argentinian connection» du foot, qui compte dans son écurie les stars du PSG Angel Di Maria et Javier Pastore, a mis en place un incroyable circuit de blanchiment vers des paradis fiscaux, dont le cœur se situe aux Pays-Bas. Nous avons suivi les traces de l’argent à Amsterdam, où pullulent les hommes de paille et les sociétés-écrans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quiconque veut envoyer des fleurs ou faire des affaires avec Javier Pastore et Angel Di Maria doit se rendre à Amsterdam. C’est là que sont installées Orel et Kunse, les sociétés des agents argentins des deux joueurs stars du PSG. L’adresse est prestigieuse : 8, place du Dam, la plus célèbre de la ville, à côté de l’église et du Palais royal. Mais lorsqu’on monte dans les étages, il n’y a que des portes closes. Nulle trace des deux sociétés. Elles encaissent pourtant les millions versés par Nike pour sponsoriser Pastore et les commissions versées par le PSG à l’agent de Di Maria, puis les envoient dans des paradis fiscaux.