Sarkozy, Alliot-Marie, l'avilissement de la France

Par
En Égypte et en Tunisie, les manifestants attendaient de la France de 1789 et des droits de l'homme. Raté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les voyages de Michèle Alliot-Marie et de François Fillon,aux frais des régimes dictatoriaux et de leurs courtisans, ne sont que lacerise sur le gâteau d'une politique française à la dérive. La dernière avanied'une longue liste dont, c'est entendu, la droite n'a pas l'apanage.Mais quand on se retrouve dans la rue, aux côtés des Tunisiens et des Égyptiensqui paient de leur personne et parfois de leur vie pour abattre des régimeshaïssables, aux antipodes de ce que professent les valeurs de la républiquefrançaise, on ne peut qu'être pris d'un sentiment de dégoût vis-à-vis del'attitude du gouvernement français actuel.