Le Rafale plane sur la visite de Modi en France

À l’Élysée, l’arrivée du premier ministre indien fait espérer la signature d’un contrat annoncé il y a déjà trois ans.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Bombay (Inde), de notre correspondant. - « Y penser toujours, n’en parler jamais. » Tel est le principe auquel s’est résigné François Hollande, alors que le premier ministre de l’Inde, Narendra Modi, entame jeudi 9 avril une visite de trois jours en France. Penser à quoi ? Au contrat du siècle, remporté en février 2012 par Dassault Aviation, portant sur la fourniture de 126 avions de combat Rafale, pour un montant fixé initialement à 12 milliards de dollars (11 milliards d’euros). L’adage, inventé par Léon Gambetta en 1871, a de quoi faire réfléchir… Car le ministre de l’intérieur de l’époque faisait allusion à la défaite des armées de Napoléon III devant la Prusse, à Sedan, et il faudra attendre près d’un demi-siècle pour que la revanche, qui tenait alors les Français au ventre, soit satisfaite, à la fin de la guerre 1914-18. L’actuel chef de l’État a donc encore de la marge : il n’y a que trois ans que ce dossier des Rafale traîne en longueur. Huit ans, si l’on se réfère à la publication de l’appel d’offres par Delhi. Et dix ans, quand on se souvient qu’un premier tour de piste avait été engagé sous la présidence de… Jacques Chirac.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À travers l’Afghanistan, sous les talibans — Reportage
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Livres — Entretien
Comment les inédits de Louis-Ferdinand Céline ont été « préservés »
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Politique — Parti pris
« Extrême gauche » à l’Assemblée : la Macronie au royaume de l’absurde
En renvoyant systématiquement la Nupes à « l’extrême gauche », la Macronie continue de banaliser l’extrême droite qui, présente en force à l’Assemblée nationale, se félicite d’avoir autant de ventriloques.
par Mathieu Dejean