La Havane recherche 2,5 milliards de dollars d'investissements étrangers

Par Bernard Grau

Depuis que Barack Obama et Raúl Castro ont décidé le rétablissement des relations entre les deux pays, les visiteurs se bousculent à La Havane, chacun espérant bien bénéficier de l'ouverture espérée, même si le régime castriste a des visées d'abord économiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que François Hollande s’apprête à visiter La Havane ce lundi 11 mai, il apparaît utile de revenir sur les événements qui ont, ce dernier mois, scandé le calendrier politique de Cuba. Dans cette séquence, le Sommet des Amériques, qui s'est tenu à Panama les 10 et 11 avril 2015, occupe une place centrale. Le dégel des relations entre les États-Unis et Cuba a été abondamment commenté, tout comme la minutieuse mise en scène illustrant la réunion entre les deux chefs d'État (une heure) et leurs poignées de main. Au-delà des images, le Sommet a bien résumé la situation. Cinquante ans furent nécessaires aux autorités politiques des États-Unis pour tirer les conclusions de l'échec de la tentative d'isolement de Cuba.