Il fallait une expression imagée, ce fut la « nouvelle page ». C’est ainsi que dans les couloirs de l’Élysée, sous Nicolas Sarkozy, avait été qualifiée à l’initiative de Ziad Takieddine la lune de miel entre la France et la Syrie, plus particulièrement entre l’ancien président français et le dictateur Bachar al-Assad, dont le régime continue de réprimer dans le sang la révolution, à Alep ou à Damas.