De notre envoyé spécial à Chicago (États-Unis). - Rarement le résultat d’une élection présidentielle aura surpris autant de monde aux États-Unis. Pas même le scrutin de 2000 entre Al Gore et George W. Bush. Ce n’est pas seulement toute une caste d’experts, de sondeurs, d’analystes et, bien entendu, de journalistes, qui s’est fourvoyée. Une grande partie des hiérarques du parti républicain ne croyait pas non plus à un tel score de Donald Trump. Son message nationaliste populiste, xénophobe et sexiste allait à l’encontre de ce que la plupart des politologues et des démographes constataient de l’évolution des États-Unis : un pays qui devenait de plus en plus multiculturel, urbain, socialement progressiste (mariage homosexuel, légalisation de la marijuana).