Au Brésil, l'ampleur prise par le scandale Petrobras menace Dilma Rousseff

Par

Deux mois après le début de son second mandat, la popularité de la présidente brésilienne est au plus bas. En cause : le scandale de corruption au sein de l'entreprise nationale pétrolière. 49 politiques sont montrés du doigt, dont le président du Parlement Eduardo Cunha et celui du Sénat Renan Calheiros. La politique d'austérité imposée à la population est aussi de plus en plus critiquée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondante à Rio de Janeiro.-  La nuit vient de tomber sur São Paulo ce 8 mars 2015, lorsque Dilma Rousseff apparaît sur tous les écrans de télévision et les radios. La présidente profite de la célébration de la Journée internationale de la femme pour prendre la parole et défendre sa politique. À Pinheiros, Higienopolis, Jardins et Vila Madalena, les quartiers chics de la capitale économique du pays, la solennité fait place à un tintamarre. Sans sortir de chez elles, des familles entières se sont installées à leurs balcons et fenêtres pour taper sur des casseroles.