Argent libyen, Cécilia Sarkozy, la guerre: les vérités de l’interprète de Kadhafi

Par

Diplomate et interprète personnel de Kadhafi pendant vingt-cinq ans, Moftah Missouri revient dans un long entretien à Mediapart sur la relation entre Nicolas Sarkozy et le dirigeant libyen mort en 2011. Premier tête-à-tête enregistré, versements d’argent, infirmières bulgares, document révélé par Mediapart, la visite de 2007, la guerre… : il dit tout.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), envoyé spécial.– Au premier jour de l’affaire libyenne, il était là. Le 6 octobre 2005, lors de la visite de Nicolas Sarkozy à Tripoli, l’ambassadeur Moftah Missouri, interprète personnel de Mouammar Kadhafi, a pris place sous la tente du Guide et a traduit les propos du ministre de l’intérieur. Dans un entretien accordé à Mediapart, à Tunis, Moftah Missouri explique pour la première fois qu’il a décrypté l’enregistrement du tête-à-tête entre les deux chefs d’État, et que les deux hommes avaient parlé de la condamnation du beau-frère du Guide, Abdallah Senoussi, patron des services secrets militaires, dans l’affaire de l’attentat contre le DC10 d’UTA. Une peine de réclusion à perpétuité prononcée à Paris en 1999, et que le régime libyen voulait faire annuler.