L’armée du Mali, en progrès mais peut mieux faire

Par

Dans un entrelacs de combats dont nul ne trouve l’issue, les Forces armées maliennes sont régulièrement frappées par les djihadistes. Et tout aussi régulièrement accusées d’exactions. Malgré le refrain national, et français, sur une « montée en puissance » qui se fait attendre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bamako (Mali), envoyé spécial.- Début 2012, ce fut la débâcle face aux séparatistes et aux djihadistes, qui s’est terminée par l’accès au pouvoir de la junte médiocre du capitaine Sanogo. En 2013, les soldats français et tchadiens écrivaient les pages de la reconquête, sans leurs homologues maliens. À peine redéployées dans le pays, les Forces armées maliennes (Fama) furent de nouveau défaites par une coalition de groupes armés à la suite d'une offensive désastreuse sur Kidal en mai 2014. Ces dernières années, le Mali a eu peu d’occasions d’être fier de son armée.