Europe: ni la force de se transformer ni celle de se détruire

Par

Un plan européen de soutien de 540 milliards d’euros a été adopté lors de la réunion de l’Eurogroupe du 9 avril. Derrière les chiffres ronflants, ce sont surtout des vieilles recettes éculées. L’Europe est incapable d’articuler une réponse à la hauteur de la crise sanitaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le rituel européen est connu depuis des lustres et il a été parfaitement respecté lors de la réunion de l’Eurogroupe le 9 avril : des heures d’affrontements, des déclarations tonitruantes, des positions qui semblent irréconciliables, des conciliabules dans tous les sens, des entretiens au sommet, la France et l’Allemagne qui s’alignent sur des positions communes et mettent tout leur poids pour trouver un consensus ; et puis, la déclaration finale triomphante pour signaler l’avancée majeure.