Etats-Unis, Grande-Bretagne et Australie collaborent contre l'évasion fiscale

Les trois pays ont obtenu des centaines de milliers de documents listant des détenteurs de sociétés écrans pouvant servir à frauder le fisc.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il s’agit très certainement de la plus grosse menace potentielle contre les fraudeurs fiscaux un peu partout dans le monde. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie annoncent qu’ils ont mis la main sur des centaines de millions de données sur des trusts et autres sociétés écrans basées à Singapour, aux Caïmans, dans les Îles vierges britanniques ou dans les îles Cook. Les trois administrations fiscales vont coopérer pour analyser ces « 400 gigabits de données » et traquer les contribuables qui ont utilisé ces sociétés pour frauder le fisc, mais aussi les intermédiaires qui les ont aidés à mettre sur pied les mécanismes d’évasion fiscale.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal