GL Events rattrapé par une affaire de favoritisme au Brésil

Par Patricia Neves et Antton Rouget

Le champion français de l’événementiel, qui avait accordé des ristournes au candidat Emmanuel Macron, est au cœur d’une enquête pour des soupçons de favoritisme au Brésil. Des documents consultés par Mediapart montrent comment GL Events s’est rapproché de responsables politiques, en vue d’un immense marché public à Rio.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En sept ans de procédure, GL Events a multiplié les recours. « Prescription des faits », « autorité de la chose jugée » ou encore « non-respect des délais » et « perte des droits », le champion français de l'événementiel a tenté d'argumenter sur différents fronts, y compris celui de l'inconstitutionnalité. Mais le groupe lyonnais, fondé par l'entrepreneur Olivier Ginon, un proche de Gérard Collomb au cœur de l'« affaire des ristournes » accordées au candidat Emmanuel Macron (relire nos enquêtes ici), pourrait bien se trouver au pied du mur.